Les comédiens

Sylvie Gilles est George Sand

Elle a fait de sa vie un théâtre bien avant de monter sur scène (pensez, elle a pris le temps d’épouser un type super et de faire deux magnifiques enfants!).

Une fois lancée dans l’aventure théâtrale par le biais des ateliers Sud Horizon, dirigés par Nicolas Maury, auteur du « procès de Molière », « fuck off » (succès festivals Avignon 2012-14), et d’autres pièces éditées aux éditions Alna, elle impose son énergie de fille improbable de Catherine Deneuve et Louis de Funès dans des textes de Jean-Michel Ribes, Eugène Labiche, Molière, Robert Thomas et Nicolas Maury ! Elle anime également depuis 10 ans des ateliers en milieu scolaire pour lesquels elle écrit chaque année ses spectacles décalés, survoltés, à son image !

En 2012, elle intègre « la première troupe » du Théâtre des Vents, composée de 9 comédiens dirigés par un Stéphane Roux, hyper-motivé et hyper-motivant. Avec la diplomatie d’un ambassadeur, il accompagne, dirige, rassure, console, bref materne ses grands enfants du théâtre.

Lorsqu’en octobre 2013, Sylvie lui fait lire « Confession des amants du siècle », il accepte de la laisser monter le projet pour le festival Août.

Elle aime : l’Angleterre et ses auteurs, Jean-Paul Alègre (et sa femme Annick), Muriel Robin.

Kévin Malburet est Alfred de Musset

C’est au collège que Kévin est touché par le virus du théâtre en jouant des sketches pour présenter les chansons de la chorale.

Il est définitivement contaminé par un Francis Huster éblouissant dans le Lorenzaccio.

Bachelier d’un bac S avec mention bien en 2013, Kévin fait le pari fou de vivre à fond sa passion pour le théâtre et surprend tout le monde en changeant radicalement de voie. Il se présente au conservatoire d’art dramatique en Avignon, réussit l’examen d’entrée et s’installe dans la cité des papes. En même temps, il entame des études de lettres modernes à la fac d’Avignon.

Il aime : les romans d'Italo Calvino, les œuvres littéraires de Bernard Marie Koltès, les films d'Orson Wells, les peintures et poésies de William Blake.

La rencontre :

En octobre 2013, le projet est lancé : on a un texte, un théâtre en Avignon, le soutien du directeur du théâtre, un festival avec 9 dates en août 2014, une comédienne. Presque tout… à un détail près : le personnage masculin principal.

Dès le début de cette aventure, il n’a pas été facile de trouver Alfred. Le personnage est charismatique, le rôle est pesant. C’est un sacré défi à relever. Il en faudra du courage (ou de l’inconscience) à celui qui s’y attellera. Certains ont vite abandonné devant l’ampleur du travail.

En mars 2014, par le biais du conservatoire d’art dramatique, Sylvie rencontre son Alfred et l’entente est parfaite. Kévin est déterminé et ne laisse aucun doute sur sa motivation : le rôle d’Alfred de Musset, c’est son rôle : « Pas besoin de chercher ailleurs », dira t-il. Il repart avec les 45 pages de « Confession des amants du siècle » et depuis il n’aura de cesse de s’intéresser à tout ce qui touche à Alfred de Musset, de chercher et de lire ses ouvrages. Pour l’auteur de la pièce, que demander de plus ?

IMG_9183

IMG_9212

IMG_9249